Une nouvelle étude apporte un espoir contre la perte d’audition


Des chercheurs des universités USC et Harvard ont développé une nouvelle approche pour réparer les cellules de l'oreille: un remède potentiel qui pourrait restaurer l'audition de millions de personnes âgées et souffrant d'une perte auditive.

Cette étude en laboratoire a démontré l'efficacité d'un médicament pour nettoyer les nerfs et les cellules endommagés à l'intérieur de l'oreille. C'est un remède potentiel pour un problème qui affecte les deux tiers des personnes de plus de 70 ans.

Charles E. McKenna, auteur correspondant de l'étude et professeur de chimie à l'USC Dornsife College of Letters, Arts and Sciences a déclaré : "La nouveauté est que nous comprenons comment administrer un médicament à l'intérieur de l'oreille, où il y a un écoulement constant de liquide, pour qu'il ne se disperse pas et fasse ce qu'il doit faire ».

L'étude ouvre de nouveaux horizons car les chercheurs visent à l’administration des médicaments directement dans la cochlée, un organe creux en forme d'escargot situé au plus profond de l’oreille, au niveau de l’oreille interne, où des cellules sensorielles transmettent les sons au cerveau. Au fil du temps ou en cas de traumatismes sonores, ces cellules sensorielles meurent, de même que les synapses à ruban, qui relient les cellules nerveuses. Les dommages à l'oreille interne peuvent entraîner une "perte auditive cachée", qui est la difficulté à entendre les chuchotements et les sons doux, en particulier dans les endroits bruyants. Puis, la perte auditive devient effective dans toutes les circonstances.

Ces chercheurs ont mis au point une molécule associant la 7,8-dihydroxyflavone, qui imite une protéine fondamentale pour le développement et le fonctionnement du système nerveux, et le bisphosphonate, un type de médicament qui traite les os. Les chercheurs ont expliqué que l'association des deux constituerait la solution révolutionnaire: les neurones réagiraient à la molécule, qui régènèrerait les synapses dans le tissu auriculaire et induirait la réparation des cellules ciliées et des neurones, essentiels à la l'audition.

La recherche a été menée sur des tissus animaux dans une boîte de Pétri. Elle n'a pas encore été testée sur des animaux vivants ni sur des êtres humains. Cependant, les chercheurs ont confiance car il existe selon eux une similitude des cellules et des mécanismes impliqués. Selon Charles McKenna, étant donné que la technique fonctionne en laboratoire, les résultats fournissent "des preuves préliminaires solides" d’un bon fonctionnement chez les êtres vivants. Ils planifient déjà la phase suivante qui sera effectuée sur des animaux.

La perte auditive est censée augmenter avec le vieillissement de la population et doubler presque en 40 ans selon des recherches précédentes. Cette nouvelle recherche donne de l'espoir à toutes ces personnes.

En evidence
Derniers Posts

ORL Chirurgie Face et Cou Stéphane Hervé

  • Facebook Black Round
  • LinkedIn - Black Circle

Parly 2 0139637208 / Boulogne-Billancourt : 0176710627 / doctolib.fr