top of page

Un gène qui pourrait restaurer l'audition a été récemment découvert




Des chercheurs de l'Université Northwestern ont identifié un gène qui joue un rôle clé dans le développement d'un type de cellule impliqué dans la transmission des signaux acoustiques. À l’avenir, cette découverte pourrait nous aider à comprendre pourquoi on perd l’audition et comment la retrouver.


Récupérer l’audition une fois perdue

Grâce à une étude de la Northwestern University aux États-Unis, nous pourrions nous rapprocher de ce résultat. Une équipe de chercheurs de l'université américaine a en effet découvert un gène, appelé Tbx2, qui joue un rôle clé dans le développement des cellules ciliées de l'oreille, c'est-à-dire les cellules qui transmettent les signaux acoustiques et qui, en cas de perte d'ouïe, meurent sans pouvoir se régénérer. Bien qu'il s'agisse d'une phase de recherche préliminaire, les auteurs de l'étude espèrent qu'en régulant l'allumage ou l'extinction de Tbx2, de nouvelles cellules ciliées pourront être obtenues et que donc, la capacité de percevoir les sons pourra être restaurée. Les résultats ont été publiés dans la revue Nature.


L'oreille, un bel organe

Vieillissement, bruit, antibiotiques, médicaments de chimiothérapie : ce ne sont là que quelques-uns des facteurs qui peuvent provoquer une perte auditive chez l'homme. Selon le centre américain de contrôle et de prévention des maladies, environ 8,5 % des personnes âgées de 55 à 64 ans souffrent d'une perte auditive invalidante et ce taux atteint près de 25 % des personnes âgées de 65 à 74 ans, puis 50 % de celles âgées de 75 ans ou plus. Dans la plupart des cas, la perte auditive est causée par la mort des cellules ciliées externes de la cochlée, qui constitue l’oreille interne. Les cellules ciliées, appelées ainsi parce qu'elles possèdent des structures capables de vibrer qui ressemblent exactement à des cils, ont pour tâche de transformer les vibrations acoustiques en signaux électriques et de transmettre ces derniers aux neurones, qui à leur tour les enverront au cerveau via le nerf acoustique : c'est ainsi que les sons sont perçus.

En particulier, la cochlée contient deux types de cellules ciliées, les internes et les externes. Les cellules externes se dilatent et se contractent en réponse à la pression des ondes sonores et amplifient le son pour atteindre les cellules ciliées internes, chargées de transmettre les vibrations aux neurones. Pour percevoir les sons, nous avons besoin de ces deux types de cellules.

"Les cellules externes se contractent et soulèvent davantage les cellules internes", explique Jaime García-Añoveros, auteur principal de l'étude. "L'oreille est un bel organe : il n'existe aucun autre organe chez un mammifère dans lequel les cellules sont positionnées avec autant de précision."


L’étude

Ces cellules se développent dans l’oreille avant la naissance et ne se régénèrent pas. C’est pourquoi, lorsque la perte auditive survient en raison de la mort des cellules ciliées externes, la maladie est souvent irréversible. Pour résoudre ce problème, les chercheurs tentent de les produire artificiellement mais jusqu'à présent, cependant, ils n'ont pas obtenu de bons résultats, car ils n'ont pas réussi à faire en sorte que d'autres cellules se différencient spécifiquement en cellules ciliées internes ou externes : c'est un obstacle majeur à la tentative de restauration de l'audition.

Mais aujourd'hui, la découverte de l'équipe américaine a le potentiel de changer cette situation grâce au gène Tbx2 qui semble être le principal régulateur de tout le programme de développement des cellules ciliées. En l’activant ou en l’éteignant, en effet, grâce à l’action synergique d’autres gènes, les auteurs de l’étude ont pu décider quel sort la cellule ciliée allait entreprendre. Si Tbx2 était exprimé, en fait, la cellule se différenciait vers interne et, vice versa, si le gène était désactivé, la cellule devenait une cellule ciliée externe.


Contourner un gros obstacle

La recherche est encore en phase expérimentale, mais les chercheurs espèrent exploiter ces connaissances non seulement pour étudier plus en profondeur la perte auditive due à la mort des cellules ciliées externes, mais aussi pour reprogrammer d'autres cellules de l'oreille et les transformer en cellules ciliées, afin d'espérer retrouver la capacité de percevoir les sons.

"Notre découverte nous donne la première étape pour créer un type de cellule ciliée plutôt qu'un autre", commente García-Añoveros. «Il fournira un outil auparavant indisponible pour créer une cellule ciliée interne ou externe. Nous avons surmonté un obstacle majeur. Nous pouvons désormais comprendre comment créer des cellules ciliées spécifiquement internes ou externes et identifier pourquoi ces dernières sont plus susceptibles de mourir et de provoquer la surdité", conclut le chercheur.


Commentaires


En evidence
Derniers Posts
bottom of page