Oto-rhino-laryngologie pédiatrique : lorsque la chirurgie est nécessaire


En général, l'oto-rhino-laryngologiste est un spécialiste qui est toujours en mesure de visiter et de traiter les adultes et les enfants. La croyance de nombreux parents selon laquelle les enfants devraient être examinés par des spécialistes ORL "pédiatriques" est fausse ! En réalité, l'oto-rhino-laryngologiste pédiatrique (médecin spécialisé à la fois en pédiatrie et en oto-rhino-laryngologie) n'existe quasiment pas.


Tous les examens diagnostiques les plus importants (otoscopie, rhinofibroscopie, etc.) sont les mêmes entre adultes et enfants, seule la taille des instruments change. L'enfant est, en général, moins coopératif que l'adulte, mais s'il est bien impliqué, il se laisse examiner sans résistance.


La visite chez les enfants doit être approchée de la manière la plus calme et rassurante possible (même sans blouse), elle ne doit pas être excessivement longue, et, éventuellement, négliger l'utilisation d'outils pouvant rendre l'enfant méfiant. Mieux vaut montrer à l'enfant tous les outils qui seront utilisés, et, s'il est assez grand pour comprendre, lui expliquer comment s'en servir et que cela ne lui fera pas mal.


Fibroscopie pédiatrique. Les petits patients n'ont pas besoin de subir de nombreux examens instrumentaux. Si le tableau clinique évoque un acte chirurgical, il est bon que les investigations soient effectuées lorsque le bébé dort au bloc opératoire. Par exemple, la présence ou l'absence d'adénoïdes peut être vérifiée lors d'une anesthésie totale, évitant de soumettre l'enfant à une endoscopie gênante.

Lorsque vous devez décider de faire ou non un examen ou une manœuvre endoscopique, il est toujours bon de se demander quels bénéfices diagnostiques ou thérapeutiques la manœuvre apportera. Si les avantages prévus sont peu nombreux, mieux vaut ne pas la faire.


En ce qui concerne l'examen audiométrique, le degré de coopération de l'enfant est très important. Habituellement, l'examen peut être fait chez les enfants de 6 ans et plus et, dans certains cas (notamment les enfants coopératifs et attentifs), il est possible d'obtenir des évaluations fiables même entre 4 et 5 ans. En dessous de 4 ans, il est possible de faire de l'audiométrie vocale infantile.


Le test d'impédance est dans de nombreux cas très important car il permet d'apprécier la motilité de la membrane tympanique et d'évaluer un réflexe acoustique très important (réflexe stapédien). Malheureusement, de nombreux enfants souffrent de certaines formes d'otites qui rendent le tympanogramme plat et il ne sera donc pas possible de profiter pleinement de cette méthode.


Lorsqu'il est nécessaire d'emmener l'enfant chez un ORL


ADÉNOÏDES HYPERTROPHES (agrandi)


Pour comprendre si les adénoïdes de votre enfant peuvent avoir gonflé et donc causer des graves problèmes, faites attentions aux symptômes suivant :


• rhumes continus

• l'enfant n'entend pas bien

• toux et mucosités persistantes

• respiration bouche ouverte permanente

• ronflements nocturnes

• maux d'oreilles et fièvres récurrentes


Quels sont les critères pour décider de l'intervention?


Adénoïdectomie chez l'enfant

Chez l'enfant, les adénoïdes (organe actif jusqu'à l'âge de trois ans) doivent être retirées lorsque :


• L'enfant, dans un délai d'un an, a eu plus de trois épisodes d'otites réelles ou de nombreux épisodes de "mal d'oreille".

• L'enfant a une éventuelle perte auditive (hypoacousie) qui peut être suspectée du fait qu'il dit fréquemment qu'il ne comprend pas les mots et demande à les répéter (attention à ne pas sous-estimer ce symptôme en pensant qu'il est juste distrait ou paresseux).

• Lorsque le dentiste ou l'orthodontiste nous informe que des anomalies dentaires graves sont constatées (malocclusions, palais ogival, encombrement dentaire, micrognathie de la mâchoire) secondaires à une respiration nasale insuffisante.

• Lorsqu'il y a des épisodes d'apnée du sommeil (blocage temporaire de la respiration).


AMYGDALES HYPERTROPHIQUES ET AMYGDALITES CHRONIQUES

Chez l'enfant, les amygdales (organe actif jusqu'à 10-11 ans) doivent être enlevées :


• Lorsque l'enfant est atteint de plus de 4-5 épisodes d'amygdalite par an (en âge scolaire) et de plus de 6-7 épisodes (en pré -âge scolaire).

• Lorsqu'elles sont si volumineuses qu'elles entraînent des apnées du sommeil (l’enfant est agité ou au contraire agité la journée) ou à ingérer des aliments (dysphagie).


CHIRURGIE TRADITIONNELLE

Adénoïdectomie

Les adénoïdes sont retirées sous anesthésie générale à l'aide d'un instrument (adénotome) qui, introduit par la bouche, « capture » les adénoïdes derrière le voile du palais et, après les avoir « accrochées », les « détache » de leur insertion dans le nasopharynx. Les suites ont généralement simples.


Amygdalectomie

Elle se fait également sous anesthésie générale, au bloc opératoire et par voie naturelle. On peut, soit les enlever complètement, en les détachant des muscles pharyngés (amygdalectomie par dissection), soit les couper pour simplement réduire leur taille, lorsqu’elles sont obstructives et provoquent des apnées du sommeil.

Dans le premier cas, les suites peuvent être marquées par des douleurs et une hémorragie, ce, durant 15 jours, ce qui impose une vie calme, une alimentation non agressive et une surveillance.

Dans le second cas, les douleurs sont moins intenses et le risque hémorragique moins élevé, mais l’enfant pourra faire des angines plus tard, car il lui restera du tissu amygdalien.

Votre chirurgien ORL vous indiquera quelle technique est adaptée et vous expliquera en détail les modalités, les risques et les contraintes de cette opération.


En evidence
Derniers Posts