Perdre l’odorat un handicap méconnu mais non négligeable


Perdre l’odorat un handicap méconnu mais non négligeable

Perturbation relativement fréquente, la perte de l’odorat concerne 10 à 12 % de la population française. Et pourtant, en dépit de ces effets induits importants, la maladie demeure aujourd’hui largement ignorée.

Notre odorat contribue de façon importante, voire quasi-indispensable, à notre qualité de vie. La perte de l’odorat, appelée anosmie, fait partie des troubles du système olfactif.

Elle peut être partielle ou totale, progressive ou soudaine.

Les causes de l’anosmie sont multiples. Elle peut être provoquée par une obstruction nasale, une déviation du septum, une sinusite ou des polypes des fosses nasales. Ou bien par une infection, une allergie ou un rhume qui modifient les cellules épithéliales olfactives, nous empêchant de sentir les odeurs. Dans ces cas, le problème est réversible, dans d'autres non.

La maladie de Parkinson, l'épilepsie, les migraines et la schizophrénie sont également porteuses de ce trouble au même titre que le syndrome de Kallman, maladie qui empêche le développement sexuel et de l’odorat. Une tumeur cérébrale, localisée vers le bulbe olfactif Peut aussi en être la cause.

Et le goût est également compromis, car une bonne partie de notre système olfactif contribue à la perception des arômes. Les conséquences dans la vie quotidienne sont importantes et nombreuses car elle peut être tardivement diagnostiquée ou bien sous-estimée. Et cela ne fait qu’augmenter le sentiment d'isolement que les personnes touchées éprouvent déjà car le fait de ne pas sentir suscite de nouvelles craintes, comme celle d'émettre de mauvaises odeurs, d'avoir une maison sale.

La perte d'odorat est également associée à la dépression. Même si le mécanisme ne trouve pas encore d’explication il est facile de comprendre pourquoi.

La perte d'odorat affecte en général plus d'hommes que de femmes et seulement 3% de ceux qui souffrent l’ont depuis la naissance. Même certains médicaments, composés chimiques et anesthésie générale peuvent compromettre notre odorat.

Le diagnostic d'anosmie peut prendre beaucoup de temps mais la rapidité est le mot d’ordre. En cas de perte d’odorat, il est important de consulter dans un premier temps un médecin ORL qui fera une fibroscopie nasale ainsi que des examens complémentaires adaptés pour établir le diagnostic.

En evidence
Derniers Posts