Le trouble respiratoire chez les athlètes de haut -niveau: la PVFM


Le trouble respiratoire chez les athlètes de haut -niveau: la PVFM

Ne plus pouvoir respirer est effrayant, anxiogène et peut déclencher une panique chez la personne qui l'éprouve et ceux qui l'entourent. Ceci est d’autant plus vrai chez les sportifs qui lors d’un effort intense sont obligés d’interrompre brusquement leur activité pour essayer de trouver de l’air, puis vivent dans la crainte que cela puisse se reproduire un jour.

L’adduction paradoxale des cordes vocales (PVFM – paradoxical vocal fold motion) est une incapacité momentanée totale de respirer caractérisée par une fermeture des cordes vocales due à un spasme des muscles laryngés. Il s’ensuit une dyspnée inspiratoire aiguë, qui est une difficulté d’inspirer, alors même que le sportif a un grand besoin d’inspirer, donc d’écarter ses cordes vocales.

Souvent confondue avec l'asthme ou les bronchospasmes induits par l'exercice, la PVFM a longtemps été considérée comme psychologique et l’on ne faisait pas de distinction entre difficulté respiratoire et impossibilité momentanée de respirer. Désormais, il est possible de faire un diagnostic différentiel permettant une prise en charge adéquate du patient afin de réagir et d’éviter de nouvelles crises.

Les facteurs déclenchants peuvent être regroupés en trois grandes catégories :

  • Psychologiques : notamment lorsque le patient fait un effort plus intense que d’habitude, lors de sports de compétition, surtout chez les hommes ou lors d’un stress important dû à la compétition sportive

  • Allergiques : l’hypersensibilité laryngée, d’origine allergique, qui peut être associée à de l’asthme

  • Irritatifs : les cordes vocales sont brûlées par un reflux gastro-oesophagien (RGO)

Le délai moyen entre les premiers symptômes et le diagnostic est d'environ quatre ans. Cela peut être très frustrant pour les athlètes qui essaient de continuer leur sport alors que leurs symptômes continuent de s'aggraver.

Cette dyspnée aiguë est différente du besoin de s'arrêter et de reprendre son souffle lorsque l’on pratique un sport. Au contraire de cette situation habituelle, l'athlète a l'impression que les voies respiratoires sont bloquées, ne permettant pas à l'air d'être inhalé. La dyspnée aiguë se résout généralement rapidement lorsque l'athlète arrête l'activité physique qui a déclenché le problème. La PVFM peut se produire avec n'importe quel sport comme la course, le basket-ball, la natation ou la danse.

Dans les cas graves, les athlètes atteints de la PVFM peuvent être amenés aux urgences pour une évaluation plus approfondie, devant l’importance de leurs troubles respiratoires. Les explorations fonctionnelles respiratoires seront normales lorsque la PVFM en est la cause. Il sera donc nécessaire d’effectuer un diagnostic plus complet par une équipe pluridisciplinaire: un médecin ORL, spécialisé dans l'évaluation des troubles de la voix et des voies aériennes supérieures, ainsi que dans les troubles des voies respiratoires supérieures, un orthophoniste, spécialiste de la rééducation vocale, et un pneumologue qui traitera l'asthme et les bronchospasmes induits par l'exercice, qui peuvent survenir en même temps que la PVFM.

L'orthophoniste fournira une thérapie à la fois technique et comportementale, en enseignant des stratégies de respiration, pour s’entrainer à décontracter le thorax et le cou, de rééducation des fonctions laryngées pour permettre au patient de contrôler l’ouverture et la fermeture de ses cordes vocales. Ces exercices sont ensuite incorporés à un mouvement physique adapté au sport du patient.

Un RGO devra être cherché, par fibroscopie oesophagienne et surtout PH-métrie, puis traité si il existe.

En evidence
Derniers Posts